(2020) Séance 5-Des lacs de données pour quelles archives ? (captations)

Séance du 15 décembre 2020

La séance s’est déroulée pendant une période de confinement par viso- conférence. La qualité de l’image et du son n’est donc pas optimale, veuillez nous en excuser.

Le choix par l’Ina d’une architecture de Lac de données a propulsé le terme dans le domaine du patrimoine audiovisuel. Nous proposons d’éclaircir le principe des « Datalake » et d’en évaluer la portée pour les institutions patrimoniales ; s’agit-il d’un modèle précurseur offrant la solution idéale pour le stockage des données volumineuses ou d’un modèle adapté à certaines missions, certains types de fonds, certains volume mais « maléfique » pour la valorisation des données?. Il s’agit ici de comprendre en quoi l’architecture de stockage des données interagit avec l’environnement professionnel et les usages attendus et en quoi il est lié aux progrès des algorithmes et du machine learning.

Intervenants :

Anne Laurent (Université de Montpellier (LIRMM et Institut de Science des Données de Montpellier) :
Lacs de données : définitions et principes généraux

Anne Laurent est co-auteur de :

Laurent, A., Laurent, D., & Madera, C. (2020). Data lakes, Wiley-ISTE, https://onlinelibrary.wiley.com/doi/book/10.1002/9781119720430

 

Gautier Poupeau (Ina) Data Architect à l’Institut National de l’Audiovisuel. Chargé de cours à l’Ecole Nationale des chartes.

Le lac de données de l’Ina, une infrastructure technique au service de la gouvernance des données

Echanges avec les participants

Animation : Martine Sin Blima-Barru et Violette Lévy

Captation et montage Claire Scopsi

(2020) Séance 1 – Données, métadonnées, documents ? Questions sémantiques

24 février 2020 de 10h00 à 12h30

Ecole Nationale des Chartes, 65 rue de Richelieu, 75002 Paris Salle Coyecque

Table ronde animée par Béatrice Hérold (Archives Nationales. Direction de l’appui scientifique.)

Archivistes, bibliothécaires, documentalistes, informaticiens et spécialistes de la data donnent l’impression d’utiliser des vocabulaires communs pour désigner les objets sur lesquels ils travaillent. Cependant le sens de chacun des mots est souvent différents en fonction des métiers, des contextes de production et des usages. Cette table ronde inaugurale du séminaire entend interroger les points de rencontre, de divergences de ces dénominations qui sont employés par tous mais sont polysémiques.

Participants

– Pascal Cordereix, conservateur général des bibliothèques, chef du Service des documents sonores, Département de l’audiovisuel, Bibliothèque Nationale de France.

– Céline Guyon, présidente de l’association des archivistes français, maîtresse de conférences à l’ENSSIB

– Thomas Van de Walle directeur projet ADAMANT, Archives nationales

– Edouard Vasseur ENPC Conservateur en chef du Patrimoine, Professeur d’histoire des institutions, de diplomatique et d’archives contemporaines.

Ouverture de la session par Martine Sin Blima-Barru, responsable du Département de l’archivage électronique et des archives audiovisuelles, Archives Nationales

Introduction par Béatrice Hérold :

Table ronde 1 : De l’inventaire aux métadonnées :

Table ronde 2 : Nos documents sont-ils des données? :

Table ronde 3 : Des métadonnées aux données :

Conclusion : Définir les termes donnée et métadonnée? :