Séance 5 – Entre amnésie et hypermnésie. Effacements, tris et disparitions

mardi 19 novembre- 10h00-12h30

Archives Nationales, Site de Pierrefitte Salle des commissions 3 et 4 Informations d’accès

Entre amnésie et hypermnésie. Effacements, tris et disparitions

La conservation est un acte intentionnel programmé par des humains, selon des choix, débattus, validés collectivement, élaboré en tant que politique et délégué aux machines sous forme d’instructions et de métadonnées. Pourtant, le concept administratif et légal de droit à l’oubli numérique, c’est-à-dire à la revendication volontaire de l’effacement, suggère que les machines n’oublient pas et que les traces des flux numériques ne s’effacent pas. Pour certains, l’effacement et l’oubli paraissent des processus naturels si l’on considère le temps de l’histoire et des mémoires collectives; la mémoire n’est pas incluse dans le numérique, c’est une volonté extérieure qui décide si un traitement contre la disparition doit être appliqué et sans cette décision, le destin des données est tôt ou tard la disparition. Il relève des sociétés humaines de décider le quantum de mémoire qu’il convient de préserver. D’autres considèrent au contraire que les mémoires machiniques stockent des masses de données indifférenciées dans le «cloud».Les professionnels des archives doivent établir leur posture entre ces deux paradigmes et redéfinir les frontières conceptuelles et pratiques entre les archives, entendues comme mémoire à pérenniser pour le bien commun, et les stocks de données, afin, entre autres, de repositionner les pratiques de tri et d’élimination sur lesquelles reposent leur responsabilité actuelle.

Participants

  • Françoise Janin, Conservateur du patrimoine, cheffe du bureau des missions et de la coordination interministérielles au Service interministériel des Archives de France
  • Marie Laperdrix, Conservateur du Patrimoine, Cheffe du service des archives des Ministères de l’Economie et des Finances et de l’Action et des Comptes publics.
  • Noé Wagener, Professeur de droit public, Université de Rouen Normandie

Animation : Claire Scopsi 

Séance 4 : Instruments de recherche et nouvelles formes de narrations

Séance 4 –  25 juin, 10h00-12h30

Archives Nationales, Site de Pierrefitte, salles de commission 3 et 4 Informations d’accès

Narration 1 –Instruments de recherche et nouvelles formes de narrations

Le numérique pose de façon démultipliée la question de la granularité de l’information et l’accès aux fonds d’archives peut en être bouleversé. Lorsque chaque dossier, registre – ou document d’une façon générale – fait l’objet d’une description dans une base de données, le rôle de l’instrument de recherche – ou disons de l’inventaire pour employer un terme plus commun -, outil de mise en évidence de la structure du ou des fonds se redéfinit : la succession de notices de même format, assortie d’un formulaire de recherche pointu, invite le chercheur à faire fi de l’architecture de l’ensemble archivistique. Parallèlement, l’instrument de recherche “traditionnel” tend à être de moins en moins lu dans sa continuité pour être moissonné par des indexations globales qui en font simplement ressortir quelques îlots, au gré des demandes de l’utilisateur à la machine. Se pose alors la question de l’avenir de ce type d’outil :  est-il devenu obsolète ou, au contraire, doit-il être renforcé pour évoluer vers un outil de narration du passé ou d’édition critique, conférant un sens à un ensemble de documents organisés ? Cette seconde hypothèse conduit à se demander si l’on peut envisager une convergence entre les instruments de recherche papier et numériques actuels et les outils d’éditorialisation et d’exposition en ligne. Se pose également la question des méthodes d’exploitation des instruments de recherche en ligne lors des opérations de numérisation de fonds : jusqu’où l’image du document doit-elle être ancrée à sa description ? Ces questions que les archivistes sont amenés à se poser dans leurs pratiques méritent également d’être abordées du point de vue de la perception que le chercheur a de la narration transmise et de l’histoire que lui-même commence à générer à partir de la fréquentation des outils de description mis à sa disposition.

Participants

– Yann Potin , Archives Nationales

– Jérôme Denis, professeur à Mines-Paris Tech, auteur du livre Le travail invisible des données (http://www.csi.mines-paristech.fr/equipe/chercheurs/jerome-denis/)  nous parlera en sociologue de l’écrit et de l’information des manières dont l’imaginaire totalisant des données affecte ou commande leur perception sociale.

– Louis Vignaud Archives Nationales, Chef de projet pour l’accès aux ressources numériques : “L’instrument retrouvé”.Instruments de recherche, métadonnées structurées, référentiels d’indexation et moteurs de recherche et de visualisation de données.

– Louis Hincker, professeur d’histoire contemporaine à Clermont-Ferrand (http://chec.uca.fr/article540.html) nous parlera de la manière dont “les” chercheurs et chercheuses en histoire perçoivent comment se racontent les inventaires d’archives.

 

Animation : Claire Scopsi et Clothilde Roullier

 

Séance 3 – Permanence des missions et nouvelles techniques de la preuve.

Séance 3 – Mercredi 22 mai, 10h00-12h30 Amphithéâtre Abbé Grégoire

Cnam Paris, 292 rue Saint-Martin, 75003 Paris  télécharger le plan d’accès

Permanence des missions et nouvelles techniques de la preuve.

 

A l’heure du numérique et de ses réseaux, l’authenticité du document, la fiabilité de ses copies, qui constituent la preuve par l’original réinterrogent ce qui fait autorité.

La technologie Blockchain qui représente une nouvelle manière d’administrer la preuve est un modèle de désintermédiation décentralisée reposant sur un protocole de cryptographie et qui permet à des organisations autonomes distribuées de réaliser des transactions infalsifiables. La blockchain est un réseau ouvert et décentralisé. Cette décentralisation qui repose sur la confiance est susceptible de poser des problèmes d’autorité lorsque des conflits surviennent, par exemple au sujet des contenus illégaux ou mettant en danger la vie privée des individus. Une gouvernance de la blockchain est donc indispensable avant d’envisager sa mise en place. Quel retour d’expérience au sein des Archives ?

La question de l’articulation de cette technologie avec la stratégie d’archivage de l’Etat sera posée. Le séminaire examinera comment s’établit la confiance dans la sphère publique, depuis le processus d’authentification de la décision politique, jusqu’à la fiabilisation de l’information administrative, au long des opérations d’organisation, de sélection et de transfert et de réutilisation des objets à archiver.

Comment garantir une base documentaire et informationnelle de qualité pour appuyer la prise de décision administrative ? Quels sont les besoins qui caractérisent les différents groupes d’utilisateurs, au-delà du trio initial « administration, citoyen, chercheur » ? Ces interrogations, bien que d’ordre technique, ont des incidences sur les conditions de la transmission d’informations de référence et sur l’exercice de la citoyenneté face au développement l’e-administration.

Participants

  • Evelyne Broudoux, Chercheuse au Dicen-IDF, introduction scientifique : « Ce qui fait autorité dans la blockchain. »
  • Antoine Meissonnier, Conservateur du patrimoine, Chef du service des archives du ministère de la Justice) 
  • Klara Sok, doctorante au Dicen-IDF, Cnam Paris (thème de la thèse : La technologie blockchain et les évolutions de l’intermédiation : intermédiation, désintermédiation, réintermédiation) .

Animation : Evelyne Broudoux et Françoise Lemaire

Séance 2 : Le traitement des données de masse

Séance 2 – mercredi 13 mars 10h00 -12h30

Archives Nationales, Site de Pierrefitte, salles de commission 3 et 4  Informations d’accès

Le traitement des données de masse

La dématérialisation des principales activités d’enregistrement de données issues du monde social et économiques, tant par l’Etat que par les acteurs privés, pose ouvertement la question de leur accessibilité, certes, mais avant tout du traitement archivistique de ces mêmes données. Les big data ou données de masse, sont les flux de données numériques textuelles, audiovisuelles produites en masse par l’activité quotidienne des entreprises privées ou publiques, ou des organismes scientifiques. Elles sont issues des instruments de mesure, des processus de travail collectifs, des publications en ligne ou des collectes de l’activité des internautes. Elles sont disponibles sous des formes brutes, ou reformatées par des algorithmes. (ce sont deux univers de données volumineuses traitées par des personnes et avec des réalités de traitement différents).Les discours des nouveaux business models et la transformation numérique ont attiré l’attention des entreprises sur l’usage et la valeur économique des jeux de données, mais la question de leur archivage est encore peu évoquée. L’archivage doit assurer la pérennité, et l’intelligibilité de ces données. Il doit également en garantir l’authenticité, la fiabilité, et le respect des règles juridiques et éthiques. Avec le changement d’échelle, les archivistes doivent assurer la maitrise de contenus hétérogènes sans pouvoir les consulter.

Quelle organisation, quelle place pour les contrôles de qualité, une fois que l’humain n’est plus le seul acteur à intervenir en production de métadonnées sur les archives dont il assure la conservation ? Les modèles de description doivent-ils évoluer de manière à ne plus répondre forcément à des standards définis a priori, mais plutôt à des modes de consultation déterminés en aval par les moteurs d’interrogation ? C’est aux questions structurelles soulevées par le recours au numérique et à l’intelligence artificielle que cette séance propose de se consacrer,

En vue de ne pas limiter la séance aux données de masse à valeur (et usage) quantitatif, on s’intéressera au traitement des « données » qualitatives, qu’il s’agisse de mesures à haute valeur scientifique, ou d’archives audiovisuelles de masse (1 million d’heures annuelles supplémentaire à l’Institut national de l’Audiovisuel).

 

Participants

  • Ghislaine Chartron (Cnam Paris), introduction scientifique.
  • Boris Blanckemane, chef de projet au sein du service du dépôt légal du web (direction des collections), Institut national de l’audiovisuel (INA).
  • Jean Carrive, responsable adjoint du département Recherche et innovation numérique (direction de la diffusion et de l’innovation), Institut national de l’audiovisuel (INA).
  • Etienne Ollion, chercheur au CNRS et professeur associé à l’Ecole polytechnique.

Animation : Ghislaine Chartron (Cnam) , Martine Sim Blima-Barru (AN)

 

 

Séance 1 : Evolutions terminologiques et conceptuelles de l’archivage en environnement numérique

Séance 1 mercredi 30 janvier, 10h00-12h30

Les captations de cette séance sont en ligne dans le menu captations

Cnam Paris, Amphithéâtre Robert Faure, 292 rue Saint-Martin, 75003 Paris télécharger le plan d’accès

Evolutions terminologiques et conceptuelles de l’archivage en environnement numérique. Changements d’échelle et de granularité

Les fondements pour une science générale d’organisation des documents posés en Europe au début du XXe siècle par Paul Otlet doivent aujourd’hui être repensés pour intégrer le fragment ou la donnée, en tant que description élémentaire de nature numérique représentée sous forme codée, d’une réalité (chose, événement, mesure, transaction, etc.) en vue d’être collectée, enregistrée, traitée, manipulée, transformée, conservée, archivée, échangée, diffusée et communiquée. Le traitement documentaire en tant qu’ensemble de choix et d’actions qui détermine la description et l’accès aux ressources s’adapte et anticipe les futures évolutions. En effet, deux principales modifications sont en cours dans l’écosystème de la gestion des connaissances enregistrées : les données doivent être renseignées au même titre que les documents ; les données peuvent être massives doivent pouvoir être archivées. Continuer la lecture

Programme 2019

Séance 1 – mercredi 30 janvier, 10h00 -12h30 – lieu : Cnam, Amphithéâtre Robert Faure, 292 rue Saint-Martin, 75003  Paris
Evolutions terminologiques et conceptuelles de l’archivage en environnement numérique.

Séance 2 –  mercredi 13 mars  – 10h00 -12h30 – lieu : Archives Nationales, Site de Pierrefitte, salles de commission 3 et 4  
Le traitement des données de masse

Séance 3 – mercredi 22 mai, 10h00-12h30 – lieu : Cnam, 292 rue Saint-Martin, 75003  Paris 
Permanence des missions et nouvelles techniques de la preuve.

Séance 4 – mardi 25 juin – 10h00 -12h30 – lieu : Archives Nationales, Site de Pierrefitte, salles de commission 3 et 4  
Narration 1 –Instruments de recherche et nouvelles formes de narrations

Séance 5 – 14 ou 21 octobre. 10h00 -12h30  – lieu :Cnam Paris
Narration 2 – Interfaces graphiques et sémiologies numériques

Séance 6 – 18 19 ou 25 novembre- 10h00-12h30 – lieu : Archives Nationales, Site de Pierrefitte
Entre amnésie et hypermnésie. Effacements, tris et disparitions

 

Les nouveaux paradigmes de l’archive

Ce carnet de séminaire propose le programme, les captations vidéos, et les références, informations et débats concernant le séminaire ouvert par le Laboratoire Dicen-IDF Cnam Paris et les Archives Nationales dans le cadre du Labec HASTEC.

Les partenaires :

Le séminaire s’appuie sur l’expertise scientifique, professionnelle et pédagogique des instances du Cnam et des Archives Nationales.

Pour le Cnam :

  • Le laboratoire Dicen-idf pour la recherche sur le document numérique, et notamment les processus collaboratifs, l’éditorialisation numérique, les nouvelles autorités, et l’évolution des pratiques mémorielles et patrimoniales en contexte de transition numérique.
  • Le Master MEDAS (Master MEgaDonnées et analyse sociale), formant des praticiens des méthodes et outils de traitement des BIG Data et Smart Data.
  • Le certificat de spécialisation : Les technologies de l’information et de la communication dans les systèmes d’information documentaire.
  • La Licence professionnelle Métiers de l’information : Archives, médiation et patrimoine – Parcours Métiers de la documentation audiovisuelle dont les Archives nationales sont partenaires.

Pour les Archives nationales :

Situant leur action au carrefour de missions régaliennes, de l’appui à la recherche et de la diffusion culturelle du patrimoine, les Archives nationales sont confrontées aux enjeux très généraux et aux risques inhérents à la transition numérique en lien avec le renouvellement du service au public et l’affirmation de leur rôle citoyen dans l’accès au droit et à la mémoire collective.

Elles construisent leur expertise numérique autour de quatre chantiers majeurs : l’archivage des documents et données produites aujourd’hui par les services centraux de l’État ; l’utilisation des technologies du web sémantique pour enrichir la description archivistique et la visualisation des métadonnées ; la numérisation des sources héritées du passé ; la médiation via de nouvelles interfaces ouvertes à la collaboration des publics. La question du numérique associe à la fois de manière transversale l’ensemble de leurs directions (Fonds, Appui scientifique, Publics) et nourrit de multiples coopérations, dans les domaines de la recherche et de la formation.