(2020) Séance 2 – Le tout et la partie : L’agrégation de données numériques et leur conservation pérenne.

8 juillet 2020, 10h00-12h30

Séance publique en visio-conférence

L’archiviste, l’historien sont confrontés à des collections, des lots de données pré-organisés par les producteurs et dont ils ignorent le sens et dont ils doivent percevoir les logiques internes.

Comment conserver ce sens et le transmettre ? Quelle organisation et quelle culture de la conservation pérenne mettre en place chez les acteurs des projets liés aux data afin que les données agrégées conservent leur sens sur les temps longs ?

Cette séance fait dialoguer histoire, data analyse, et Knowledge Management pour mieux connaitre les enjeux des données agrégées pour les historiens, et réfléchir aux actions, outils et acteurs à mettre en place pour que les données croisées des organismes et entreprises deviennent des sources exploitables pour l’Histoire.

Ouverture de séance par Claire Scopsi :

Gerald Kembellec, Maitre de conférences en Sciences de l’information .Laboratoire Dicen-IDF Cnam Paris –Institut Historique Allemand (DHIP-IHA) :

Anna Nesvijevskaia, Docteur en Sciences de l’information et Data-scientist pour la société QUINTEN :

Gonzague Chastenet, Expert en Knowledge Management, société Ourouk. Professeur Associé à l’INTD-Cnam :

2020-2 Le tout et la partie : L’agrégation des données numériques et leur conservation pérenne

Le séminaire Les Nouveaux Paradigmes de l’Archive reprend son activité et propose un visio-séminaire via Teams le 8 juillet 2020, 10h00-12h30

Participation sur inscription auprès de claire.scopsi@lecnam.net. Nombre de places limitées à 20. Les captations des interventions seront mises en ligne quelques jours après la séance.

Le tout et la partie : L’agrégation des données numériques et leur conservation pérenne.

Nous proposons de commencer cette année par une interrogation commune aux acteurs de l’information : l’agrégation de données numériques, leur conservation et leur interprétation.

L’archiviste, l’historien sont confrontés à des collections, des lots de données pré-organisés par les producteurs et dont ils ignorent le sens et dont ils doivent percevoir les logiques internes.

Comment conserver ce sens et le transmettre ? Quelle organisation et quelle culture de la conservation pérenne mettre en place chez les acteurs des projets liés aux data afin que les données agrégées conservent leur sens sur les temps longs ?

Nous proposons de faire dialoguer histoire, data analyse, et Knowledge Management pour mieux connaitre les enjeux des données agrégées pour les historiens, et réfléchir aux actions, outils et acteurs à mettre en place pour que les données croisées des organismes et entreprises deviennent des sources exploitables pour l’Histoire.

Intervenants :

Gérald Kembellec, Maître de conférences en Sciences de l’information. Laboratoire Dicen-IDF Cnam Paris – Institut Historique Allemand (DHIP-IHA)

Enjeux d’un conservation pérenne et accessibles des données agrégées pour les acteurs des Humanités Numériques

Anna Nesvijevskaia – Directrice associée de la société QUINTEN experte en Data sciences – Docteur en Sciences de l’information et chercheuse au Laboratoire Dicen-IDF Cnam Paris.

Enjeux de la transparence des algorithmes (et de leur conservation pérenne) à l’ère de l’Intelligence Artificielle

Gonzague Chastenet Expert en Knowledge Management, société Ourouk. Professeur Associé à l’INTD-Cnam.

L’apport du KM pour une conservation des data agrégées dotée de sens ?