Regards ethnologiques sur les mutations des professions et des pratiques patrimoniales et documentaires (Captations)

mardi 3 novembre (après – midi)

La séance s’est déroulée pendant une période de confinement par viso- conférence. La qualité de l’image et du son n’est donc pas optimale, veuillez nous en excuser.

Des chercheurs observent les professionnels du patrimoine et de la documentation. Ils interrogent la temporalité des métiers, leur rôle de médiateur ou leur relation avec leur environnement, les usagers, les institutions. Ils s’interrogent sur les malentendus du regard porté sur ces métiers de l’invisibilité dont le public n’appréhende pas toujours la technicité. Nous leur demandons quels fondamentaux identitaires survivent aux mutations numériques

Anna Tible (doctorante et ATER en Information-Communication au LabSIC-Université Paris 13. « Documentaliste audiovisuel : Histoire d’un métier à connotation féminine, des années 1950 à nos jours »:

Anna Tible : discussion avec le public :

 

Le support de présentation d’Anna Tible : Support Anna Tible – 3 novembre 2020

 

Yaël Kreplak, (chargée de recherche au CERLIS, Université de Paris, et chercheuse associée au CEMS, EHESS) : « Documentation et archives: un regard ethnométhodologique sur les pratiques muséales et archivistiques ». Précédé d’un introduction de Clothilde Roullier : le projet ECOPAT :

Yaël Kreplak : discussion avec le public:

 

Support et références de Yaël Kreplak : Support Yaël Kreplak 3 novembre 2020

 
 
 

Bérénice Waty (Chargée de mission Coordination Recherche et Études doctorales ComUE Université Paris Lumières – UPL ) « L’ethnographie des bibliothécaires et de leurs publics ».

Consultez le rapport : Quand le monde des bibliothèques se livre: Ethnographie du quotidien de bibliothécaires de Bérénice Watty, Novembre 2011 : Quand le monde des bibliothèques se livre, B. Watty

Support de Bérénice Watty : Support Bérénice Watty 3 novembre 2020

 

Animation : Clothilde Roullier, Claire Scopsi

Captation et montage Claire Scopsi

L’intelligence artificielle au service de l’archivage et de l’analyse des archives – Captations

mardi 3 novembre 2020 (matin). La séance s’est déroulée pendant une période de confinement par viso- conférence. La qualité de l’image et du son n’est donc pas optimale, veuillez nous en excuser.

 

Le développement des technologies d’intelligence artificielle constitue une opportunité pour les services d’archives et les archivistes. Nous proposons d’interroger l’état de l’art mais aussi les enjeux éthiques et scientifiques de cette otion et les formes que prennent ces initiatives.

 

L’intelligence artificielle au service de l’archivage et de l’analyse des archives.

Edouard Vasseur (Ecole Nationale des Chartes) : Introduction de la séance.

 

Marie-Anne Chabin (Consultante et Professeure associée Université Paris 8) : Evaluation de l’utilisation de l’intelligence artificielle dans le traitement des cahiers de doléances du Grand Débat National

 

Discussion avec le public (Marie-Anne Chabin)

 
 
 
 
 
 
 

Stéphane Pouyllau (TGIR HUMA-NUM) et Nicolas Sauret (Dicen-IDF et HUMA-NUM) : Les enjeux de l’IA. Etudes de cas et pistes de mise en œuvre.

Discussion avec le public (N. Sauret et S. Poullyau)

Bibliographie recommandée par N. Sauret et S. Poullyau : 2020-11-03 bibliographie de NIcolas Sauret et Stéphane Poullyau

 

2020-2 Le tout et la partie : L’agrégation des données numériques et leur conservation pérenne

Le séminaire Les Nouveaux Paradigmes de l’Archive reprend son activité et propose un visio-séminaire via Teams le 8 juillet 2020, 10h00-12h30

Participation sur inscription auprès de claire.scopsi@lecnam.net. Nombre de places limitées à 20. Les captations des interventions seront mises en ligne quelques jours après la séance.

Le tout et la partie : L’agrégation des données numériques et leur conservation pérenne.

Nous proposons de commencer cette année par une interrogation commune aux acteurs de l’information : l’agrégation de données numériques, leur conservation et leur interprétation.

L’archiviste, l’historien sont confrontés à des collections, des lots de données pré-organisés par les producteurs et dont ils ignorent le sens et dont ils doivent percevoir les logiques internes.

Comment conserver ce sens et le transmettre ? Quelle organisation et quelle culture de la conservation pérenne mettre en place chez les acteurs des projets liés aux data afin que les données agrégées conservent leur sens sur les temps longs ?

Nous proposons de faire dialoguer histoire, data analyse, et Knowledge Management pour mieux connaitre les enjeux des données agrégées pour les historiens, et réfléchir aux actions, outils et acteurs à mettre en place pour que les données croisées des organismes et entreprises deviennent des sources exploitables pour l’Histoire.

Intervenants :

Gérald Kembellec, Maître de conférences en Sciences de l’information. Laboratoire Dicen-IDF Cnam Paris – Institut Historique Allemand (DHIP-IHA)

Enjeux d’un conservation pérenne et accessibles des données agrégées pour les acteurs des Humanités Numériques

Anna Nesvijevskaia – Directrice associée de la société QUINTEN experte en Data sciences – Docteur en Sciences de l’information et chercheuse au Laboratoire Dicen-IDF Cnam Paris.

Enjeux de la transparence des algorithmes (et de leur conservation pérenne) à l’ère de l’Intelligence Artificielle

Gonzague Chastenet Expert en Knowledge Management, société Ourouk. Professeur Associé à l’INTD-Cnam.

L’apport du KM pour une conservation des data agrégées dotée de sens ?

Les Nouveaux Paradigmes de l’Archive, saison 2

La thématique que nous proposons pour 2020, porte sur les nouveaux paradigmes de l’Archive : actualité des théories et pratiques professionnelles entre convergences numériques et spécificités des missions historiques.

L’objectif est de confronter les transformations numériques des archives et du traitement de l’information, aux missions historiques et traditions professionnelles des acteurs, en faisant appel autant que possible à des regards croisés archives, documentation, et en mêlant recherche et vision professionnelle. Nous chercherons à identifier d’une part les limites de l’uniformisation apparente des données et traitements numériques dans des contextes (archives, bibliothèques, documentation) marqués par des histoires, des missions, des fondements théoriques et des pratiques propres, et d’autre part l’apport des dialogues transdisciplinaires et trans-professionnels pour l’appropriation des méthodes et techniques numériques les plus innovantes.

Programme 2020

Séance 1 – Lundi 24 février 2020 , 10h00 -12h30 – lieu : Ecole Nationale des Chartes, 65 rue de Richelieu, 75002 Paris Salle Coyecque
Données, métadonnées, documents ? Questions sémantiques

Archivistes, bibliothécaires, documentalistes, informaticiens et spécialistes de la data donnent l’impression d’utiliser des vocabulaires communs pour désigner les objets sur lesquels ils travaillent. Cependant le sens de chacun des mots est souvent différents en fonction des métiers, des contextes de production et des usages. Cette table ronde inaugurale du séminaire entend interroger les points de rencontre, de divergences de ces dénominations qui sont employés par tous mais sont polysémiques

Séance 2 –  mercredi 8 juillet 2020   – 10h00 -12h30 – lieu : visio-séminaire
Le tout et la partie : L’agrégation de données numériques

Nous proposons d’aborder une interrogation commune aux acteurs de l’information : L’agrégation de données numériques et leur interprétation. Nous proposons de faire dialoguer une historienne et un data analyst, autour des questions suivantes : quels sont les apports des données numériques pour l’Histoire ? Quels en sont les outils ? Comment choisit-on d’agréger tel ou tel type de données pour lui donner du sens ; Quels sont les risques de ces pratiques en terme d’interprétation abusive , quelles informations sont nécessaires pour une juste interprétation des données croisées ? Comment y sensibiliser et former les jeunes chercheurs? A l’inverse l’archiviste, l’historien sont confrontés à des collections, des lots de documents pré-organisés par les producteurs et dont il ignore le sens et dont il doit percevoir les logiques internes.

Séance 3reporté en septembre 2020, 10h00-12h30 – lieu : Archives Nationales, Site de Pierrefitte, salles de commission 3 et 4  
 L’intelligence artificielle au service de l’archivage et de l’analyse des archives

Le développement des technologies d’intelligence artificielle constitue une opportunité pour les services d’archives et les archivistes. Nous proposons d’interroger l’état de l’art mais aussi les enjeux éthiques et scientifiques de cette option et les formes que prennent les collaborations entre les centres de recherche, les archives, et les firmes impliquées dans le développement des algorithmes. Nous considérerons aussi l’algorithme comme archive : Parcours sup. montre (entre autres exemples) l’importance que prendra la connaissance des algorithmes pour comprendre  la réalité sociale, administrative etc.

Séance 4 –  Reporté en septembre 2020 – 10h00 -12h30 – lieu : Cnam Paris
Des lacs de données pour quelles archives ?

Le choix par l’Ina d’une architecture de Lac de données a propulsé le terme dans le domaine du patrimoine audiovisuel. Nous proposons d’éclaircir le principe des « Datalake » et d’en évaluer la portée pour les institutions patrimoniales ; s’agit-il d’un modèle précurseur offrant la solution idéale pour le stockage des données volumineuses  ou d’un modèle adapté à certaines missions, certains types de fonds, certains volume mais « maléfique » pour la valorisation des données?. Il s’agit ici de comprendre en quoi l’architecture de stockage des données interagit avec l’environnement professionnel et les usages attendus et en quoi il est lié aux progrès des algorithmes et du machine learning.

Séance 5 – Mardi 3 novembre 202010h00 -12h30  – lieu : Ecole Nationales des Chartes, 65 rue de Richelieu, 75002 Paris
Regard ethnologique sur les mutations des professions et des pratiques archivistiques et documentaires

Des chercheurs observent les professionnels des archives et de la documentation. Ils interrogent la temporalité des métiers, leur rôle de médiateur ou leur relation avec leur environnement, les usagers, les institutions. Ils s’interrogent sur les malentendus du regard porté sur ces métiers de l’invisibilité dont le public n’appréhende pas toujours la technicité. Nous leur demanderons quels fondamentaux identitaires survivent aux mutations numériques.

Séance 6 – Mardi 15 décembre 2020 10h00-12h30 – lieu : Archives Nationales, Site de Pierrefitte
 Archives audiovisuelles regards croisés

Archiver des fichiers audiovisuels numériques dans des cadres professionnels et institutionnels différents. Pourquoi les traitements ne peuvent être identiques. Regards croisés sur les pratiques.

(2019) Séance 6 – Interfaces graphiques et sémiologies numériques

19 Décembre 10h00-12h30  – Amphi Abbé Grégoire

Cnam Paris, 292 rue Saint-Martin, 75003 Paris  télécharger le plan d’accès

entrée libre sur inscription à claire.scopsi@lecnam.net

Les interfaces graphiques représentent un double-rôle dans l’accès aux documents, aux fragments et aux données. D’une part, elles sont la couche informationnelle que les utilisateurs manipulent pour accéder et parcourir les structures hébergeant la matière documentaire, elles représentent donc un lieu de circulation, de découverte, de mise en lien dont la conception requiert des compétences à la fois graphiques et organisationnelles. L’ergonomie des interfaces répond alors à la vérification des exigences de qualité dans le cadre d’une architecture de l’information prédéfinie. D’autre part, dans le cas de l’accès à des contenus organisés de manière complexe, ou générés par des opérations algorithmiques, les interfaces graphiques doivent s’adapter à la transformation des espaces résultant des actions des usagers, en particulier lorsqu’il s’agit d’opérations d’écrilecture, c’est-à-dire de lecture outillée supposant des gestes scripturaires laissant des traces reliées à des savoirs disciplinaires et professionnels spécialisés.

C’est donc un véritable récit qui est à orchestrer, une narration qui doit guider les usagers autant dans leurs explorations que dans la réalisation d’opérations exigeant des gestes savants.

Participants

  • Alberic Chemana, Designer-Enseignant, Université de Nantes : Dispositifs d’interfaces graphiques numériques.
  • Martin Morard, Historien, Institut de Recherche et d’Histoire des Textes : Glossae Scripturae Sacrae-electronicae (Gloss-e : édition électronique des gloses de la Bible latine)
  • Pierre Cubaud, Professeur d’informatique, Cnam : Explorer des grands corpus numérisés par des interfaces immersives, augmentées ou réparties. Quelques exemples.

Animation : Evelyne Broudoux et Yann Potin

(2019) Séance 5 – Entre amnésie et hypermnésie. Effacements, tris et disparitions

mardi 19 novembre- 10h00-12h30

Archives Nationales, Site de Pierrefitte Salle des commissions 3 et 4 Informations d’accès

Entre amnésie et hypermnésie. Effacements, tris et disparitions

La conservation est un acte intentionnel programmé par des humains, selon des choix, débattus, validés collectivement, élaboré en tant que politique et délégué aux machines sous forme d’instructions et de métadonnées. Pourtant, le concept administratif et légal de droit à l’oubli numérique, c’est-à-dire à la revendication volontaire de l’effacement, suggère que les machines n’oublient pas et que les traces des flux numériques ne s’effacent pas. Pour certains, l’effacement et l’oubli paraissent des processus naturels si l’on considère le temps de l’histoire et des mémoires collectives; la mémoire n’est pas incluse dans le numérique, c’est une volonté extérieure qui décide si un traitement contre la disparition doit être appliqué et sans cette décision, le destin des données est tôt ou tard la disparition. Il relève des sociétés humaines de décider le quantum de mémoire qu’il convient de préserver. D’autres considèrent au contraire que les mémoires machiniques stockent des masses de données indifférenciées dans le «cloud».Les professionnels des archives doivent établir leur posture entre ces deux paradigmes et redéfinir les frontières conceptuelles et pratiques entre les archives, entendues comme mémoire à pérenniser pour le bien commun, et les stocks de données, afin, entre autres, de repositionner les pratiques de tri et d’élimination sur lesquelles reposent leur responsabilité actuelle.

Participants

  • Françoise Janin, Conservateur du patrimoine, cheffe du bureau des missions et de la coordination interministérielles au Service interministériel des Archives de France
  • Marie Laperdrix, Conservateur du Patrimoine, Cheffe du service des archives des Ministères de l’Economie et des Finances et de l’Action et des Comptes publics.
  • Noé Wagener, Professeur de droit public, Université de Rouen Normandie

Animation : Claire Scopsi 

(2019) Séance 4 : Instruments de recherche et nouvelles formes de narrations

Séance 4 –  25 juin, 10h00-12h30

Archives Nationales, Site de Pierrefitte, salles de commission 3 et 4 Informations d’accès

Narration 1 –Instruments de recherche et nouvelles formes de narrations

Le numérique pose de façon démultipliée la question de la granularité de l’information et l’accès aux fonds d’archives peut en être bouleversé. Lorsque chaque dossier, registre – ou document d’une façon générale – fait l’objet d’une description dans une base de données, le rôle de l’instrument de recherche – ou disons de l’inventaire pour employer un terme plus commun -, outil de mise en évidence de la structure du ou des fonds se redéfinit : la succession de notices de même format, assortie d’un formulaire de recherche pointu, invite le chercheur à faire fi de l’architecture de l’ensemble archivistique. Parallèlement, l’instrument de recherche « traditionnel » tend à être de moins en moins lu dans sa continuité pour être moissonné par des indexations globales qui en font simplement ressortir quelques îlots, au gré des demandes de l’utilisateur à la machine. Se pose alors la question de l’avenir de ce type d’outil :  est-il devenu obsolète ou, au contraire, doit-il être renforcé pour évoluer vers un outil de narration du passé ou d’édition critique, conférant un sens à un ensemble de documents organisés ? Cette seconde hypothèse conduit à se demander si l’on peut envisager une convergence entre les instruments de recherche papier et numériques actuels et les outils d’éditorialisation et d’exposition en ligne. Se pose également la question des méthodes d’exploitation des instruments de recherche en ligne lors des opérations de numérisation de fonds : jusqu’où l’image du document doit-elle être ancrée à sa description ? Ces questions que les archivistes sont amenés à se poser dans leurs pratiques méritent également d’être abordées du point de vue de la perception que le chercheur a de la narration transmise et de l’histoire que lui-même commence à générer à partir de la fréquentation des outils de description mis à sa disposition.

Participants

– Yann Potin , Archives Nationales

– Jérôme Denis, professeur à Mines-Paris Tech, auteur du livre Le travail invisible des données (http://www.csi.mines-paristech.fr/equipe/chercheurs/jerome-denis/)  nous parlera en sociologue de l’écrit et de l’information des manières dont l’imaginaire totalisant des données affecte ou commande leur perception sociale.

– Louis Vignaud Archives Nationales, Chef de projet pour l’accès aux ressources numériques : « L’instrument retrouvé ».Instruments de recherche, métadonnées structurées, référentiels d’indexation et moteurs de recherche et de visualisation de données.

– Louis Hincker, professeur d’histoire contemporaine à Clermont-Ferrand (http://chec.uca.fr/article540.html) nous parlera de la manière dont « les » chercheurs et chercheuses en histoire perçoivent comment se racontent les inventaires d’archives.

 

Animation : Claire Scopsi et Clothilde Roullier

 

(2019) Séance 3 – Permanence des missions et nouvelles techniques de la preuve.

Séance 3 – Mercredi 22 mai, 10h00-12h30 Amphithéâtre Abbé Grégoire

Cnam Paris, 292 rue Saint-Martin, 75003 Paris  télécharger le plan d’accès

Permanence des missions et nouvelles techniques de la preuve.

 

A l’heure du numérique et de ses réseaux, l’authenticité du document, la fiabilité de ses copies, qui constituent la preuve par l’original réinterrogent ce qui fait autorité.

La technologie Blockchain qui représente une nouvelle manière d’administrer la preuve est un modèle de désintermédiation décentralisée reposant sur un protocole de cryptographie et qui permet à des organisations autonomes distribuées de réaliser des transactions infalsifiables. La blockchain est un réseau ouvert et décentralisé. Cette décentralisation qui repose sur la confiance est susceptible de poser des problèmes d’autorité lorsque des conflits surviennent, par exemple au sujet des contenus illégaux ou mettant en danger la vie privée des individus. Une gouvernance de la blockchain est donc indispensable avant d’envisager sa mise en place. Quel retour d’expérience au sein des Archives ?

La question de l’articulation de cette technologie avec la stratégie d’archivage de l’Etat sera posée. Le séminaire examinera comment s’établit la confiance dans la sphère publique, depuis le processus d’authentification de la décision politique, jusqu’à la fiabilisation de l’information administrative, au long des opérations d’organisation, de sélection et de transfert et de réutilisation des objets à archiver.

Comment garantir une base documentaire et informationnelle de qualité pour appuyer la prise de décision administrative ? Quels sont les besoins qui caractérisent les différents groupes d’utilisateurs, au-delà du trio initial « administration, citoyen, chercheur » ? Ces interrogations, bien que d’ordre technique, ont des incidences sur les conditions de la transmission d’informations de référence et sur l’exercice de la citoyenneté face au développement l’e-administration.

Participants

  • Evelyne Broudoux, Chercheuse au Dicen-IDF, introduction scientifique : « Ce qui fait autorité dans la blockchain. »
  • Antoine Meissonnier, Conservateur du patrimoine, Chef du service des archives du ministère de la Justice) 
  • Klara Sok, doctorante au Dicen-IDF, Cnam Paris (thème de la thèse : La technologie blockchain et les évolutions de l’intermédiation : intermédiation, désintermédiation, réintermédiation) .

Animation : Evelyne Broudoux et Françoise Lemaire

(2019) Séance 2 : Le traitement des données de masse

Séance 2 – mercredi 13 mars 10h00 -12h30

Archives Nationales, Site de Pierrefitte, salles de commission 3 et 4  Informations d’accès

Le traitement des données de masse

La dématérialisation des principales activités d’enregistrement de données issues du monde social et économiques, tant par l’Etat que par les acteurs privés, pose ouvertement la question de leur accessibilité, certes, mais avant tout du traitement archivistique de ces mêmes données. Les big data ou données de masse, sont les flux de données numériques textuelles, audiovisuelles produites en masse par l’activité quotidienne des entreprises privées ou publiques, ou des organismes scientifiques. Elles sont issues des instruments de mesure, des processus de travail collectifs, des publications en ligne ou des collectes de l’activité des internautes. Elles sont disponibles sous des formes brutes, ou reformatées par des algorithmes. (ce sont deux univers de données volumineuses traitées par des personnes et avec des réalités de traitement différents).Les discours des nouveaux business models et la transformation numérique ont attiré l’attention des entreprises sur l’usage et la valeur économique des jeux de données, mais la question de leur archivage est encore peu évoquée. L’archivage doit assurer la pérennité, et l’intelligibilité de ces données. Il doit également en garantir l’authenticité, la fiabilité, et le respect des règles juridiques et éthiques. Avec le changement d’échelle, les archivistes doivent assurer la maitrise de contenus hétérogènes sans pouvoir les consulter.

Quelle organisation, quelle place pour les contrôles de qualité, une fois que l’humain n’est plus le seul acteur à intervenir en production de métadonnées sur les archives dont il assure la conservation ? Les modèles de description doivent-ils évoluer de manière à ne plus répondre forcément à des standards définis a priori, mais plutôt à des modes de consultation déterminés en aval par les moteurs d’interrogation ? C’est aux questions structurelles soulevées par le recours au numérique et à l’intelligence artificielle que cette séance propose de se consacrer,

En vue de ne pas limiter la séance aux données de masse à valeur (et usage) quantitatif, on s’intéressera au traitement des « données » qualitatives, qu’il s’agisse de mesures à haute valeur scientifique, ou d’archives audiovisuelles de masse (1 million d’heures annuelles supplémentaire à l’Institut national de l’Audiovisuel).

 

Participants

  • Ghislaine Chartron (Cnam Paris), introduction scientifique.
  • Boris Blanckemane, chef de projet au sein du service du dépôt légal du web (direction des collections), Institut national de l’audiovisuel (INA).
  • Jean Carrive, responsable adjoint du département Recherche et innovation numérique (direction de la diffusion et de l’innovation), Institut national de l’audiovisuel (INA).
  • Etienne Ollion, chercheur au CNRS et professeur associé à l’Ecole polytechnique.

Animation : Ghislaine Chartron (Cnam) , Martine Sim Blima-Barru (AN)

 

 

(2019) Séance 1 : Evolutions terminologiques et conceptuelles de l’archivage en environnement numérique

Séance 1 mercredi 30 janvier, 10h00-12h30

Les captations de cette séance sont en ligne dans le menu captations

Cnam Paris, Amphithéâtre Robert Faure, 292 rue Saint-Martin, 75003 Paris télécharger le plan d’accès

Evolutions terminologiques et conceptuelles de l’archivage en environnement numérique. Changements d’échelle et de granularité

Les fondements pour une science générale d’organisation des documents posés en Europe au début du XXe siècle par Paul Otlet doivent aujourd’hui être repensés pour intégrer le fragment ou la donnée, en tant que description élémentaire de nature numérique représentée sous forme codée, d’une réalité (chose, événement, mesure, transaction, etc.) en vue d’être collectée, enregistrée, traitée, manipulée, transformée, conservée, archivée, échangée, diffusée et communiquée. Le traitement documentaire en tant qu’ensemble de choix et d’actions qui détermine la description et l’accès aux ressources s’adapte et anticipe les futures évolutions. En effet, deux principales modifications sont en cours dans l’écosystème de la gestion des connaissances enregistrées : les données doivent être renseignées au même titre que les documents ; les données peuvent être massives doivent pouvoir être archivées. Continuer la lecture

Les nouveaux paradigmes de l’archive

Ce carnet de séminaire propose le programme, les captations vidéos, et les références, informations et débats concernant le séminaire ouvert par le Laboratoire Dicen-IDF Cnam Paris, les Archives Nationales et du centre Jean Mabillon (Ecole Nationale des Chartes) dans le cadre du Labex HASTEC.

Les partenaires :

Le séminaire s’appuie sur l’expertise scientifique, professionnelle et pédagogique des instances du Cnam, des Archives Nationales et du centre Jean Mabillon.

Pour le Cnam :

  • Le laboratoire Dicen-idf pour la recherche sur le document numérique, et notamment les processus collaboratifs, l’éditorialisation numérique, les nouvelles autorités, et l’évolution des pratiques mémorielles et patrimoniales en contexte de transition numérique.
  • Le Master MEDAS (Master MEgaDonnées et analyse sociale), formant des praticiens des méthodes et outils de traitement des BIG Data et Smart Data.
  • Le certificat de spécialisation : Les technologies de l’information et de la communication dans les systèmes d’information documentaire.
  • La Licence professionnelle Métiers de l’information : Archives, médiation et patrimoine – Parcours Métiers de la documentation audiovisuelle dont les Archives nationales sont partenaires.

Pour les Archives nationales :

Situant leur action au carrefour de missions régaliennes, de l’appui à la recherche et de la diffusion culturelle du patrimoine, les Archives nationales sont confrontées aux enjeux très généraux et aux risques inhérents à la transition numérique en lien avec le renouvellement du service au public et l’affirmation de leur rôle citoyen dans l’accès au droit et à la mémoire collective.

Elles construisent leur expertise numérique autour de quatre chantiers majeurs : l’archivage des documents et données produites aujourd’hui par les services centraux de l’État ; l’utilisation des technologies du web sémantique pour enrichir la description archivistique et la visualisation des métadonnées ; la numérisation des sources héritées du passé ; la médiation via de nouvelles interfaces ouvertes à la collaboration des publics. La question du numérique associe à la fois de manière transversale l’ensemble de leurs directions (Fonds, Appui scientifique, Publics) et nourrit de multiples coopérations, dans les domaines de la recherche et de la formation.

Pour le CJM-ENC

Pour le Centre Jean-Mabillon :

L’Ecole nationale des chartes est un établissement d’enseignement supérieur français spécialisé dans les sciences de l’écrit et qui propose des formations uniques en France, à la croisée des disciplines visant la compréhension, le traitement, la valorisation et le partage des sources écrites, quel qu’en soit le support. Elle s’engage résolument dans l’actualisation et le développement de ses actions de recherche et de formation dans le domaine du traitement des archives nativement numériques. Cette dimension numérique de l’archive et les réflexions épistémologiques spécifiques qu’elle met en œuvre s’inscrit pleinement dans l’axe 1 (Les cultures de l’écrit du Moyen Age au 21e siècle) du Centre Jean Mabillon.