Les Nouveaux Paradigmes de l’Archive, saison 2

La thématique que nous proposons pour 2020, porte sur les nouveaux paradigmes de l’Archive : actualité des théories et pratiques professionnelles entre convergences numériques et spécificités des missions historiques.

L’objectif est de confronter les transformations numériques des archives et du traitement de l’information, aux missions historiques et traditions professionnelles des acteurs, en faisant appel autant que possible à des regards croisés archives, documentation, et en mêlant recherche et vision professionnelle. Nous chercherons à identifier d’une part les limites de l’uniformisation apparente des données et traitements numériques dans des contextes (archives, bibliothèques, documentation) marqués par des histoires, des missions, des fondements théoriques et des pratiques propres, et d’autre part l’apport des dialogues transdisciplinaires et trans-professionnels pour l’appropriation des méthodes et techniques numériques les plus innovantes.

Programme 2020

Séance 1 – Lundi 24 février 2020 , 10h00 -12h30 – lieu : Ecole Nationale des Chartes, 65 rue de Richelieu, 75002 Paris Salle Coyecque
Données, métadonnées, documents ? Questions sémantiques

Archivistes, bibliothécaires, documentalistes, informaticiens et spécialistes de la data donnent l’impression d’utiliser des vocabulaires communs pour désigner les objets sur lesquels ils travaillent. Cependant le sens de chacun des mots est souvent différents en fonction des métiers, des contextes de production et des usages. Cette table ronde inaugurale du séminaire entend interroger les points de rencontre, de divergences de ces dénominations qui sont employés par tous mais sont polysémiques

Séance 2 –  mercredi 8 juillet 2020   – 10h00 -12h30 – lieu : visio-séminaire
Le tout et la partie : L’agrégation de données numériques

Nous proposons d’aborder une interrogation commune aux acteurs de l’information : L’agrégation de données numériques et leur interprétation. Nous proposons de faire dialoguer une historienne et un data analyst, autour des questions suivantes : quels sont les apports des données numériques pour l’Histoire ? Quels en sont les outils ? Comment choisit-on d’agréger tel ou tel type de données pour lui donner du sens ; Quels sont les risques de ces pratiques en terme d’interprétation abusive , quelles informations sont nécessaires pour une juste interprétation des données croisées ? Comment y sensibiliser et former les jeunes chercheurs? A l’inverse l’archiviste, l’historien sont confrontés à des collections, des lots de documents pré-organisés par les producteurs et dont il ignore le sens et dont il doit percevoir les logiques internes.

Séance 3reporté en septembre 2020, 10h00-12h30 – lieu : Archives Nationales, Site de Pierrefitte, salles de commission 3 et 4  
 L’intelligence artificielle au service de l’archivage et de l’analyse des archives

Le développement des technologies d’intelligence artificielle constitue une opportunité pour les services d’archives et les archivistes. Nous proposons d’interroger l’état de l’art mais aussi les enjeux éthiques et scientifiques de cette option et les formes que prennent les collaborations entre les centres de recherche, les archives, et les firmes impliquées dans le développement des algorithmes. Nous considérerons aussi l’algorithme comme archive : Parcours sup. montre (entre autres exemples) l’importance que prendra la connaissance des algorithmes pour comprendre  la réalité sociale, administrative etc.

Séance 4 –  Reporté en septembre 2020 – 10h00 -12h30 – lieu : Cnam Paris
Des lacs de données pour quelles archives ?

Le choix par l’Ina d’une architecture de Lac de données a propulsé le terme dans le domaine du patrimoine audiovisuel. Nous proposons d’éclaircir le principe des « Datalake » et d’en évaluer la portée pour les institutions patrimoniales ; s’agit-il d’un modèle précurseur offrant la solution idéale pour le stockage des données volumineuses  ou d’un modèle adapté à certaines missions, certains types de fonds, certains volume mais « maléfique » pour la valorisation des données?. Il s’agit ici de comprendre en quoi l’architecture de stockage des données interagit avec l’environnement professionnel et les usages attendus et en quoi il est lié aux progrès des algorithmes et du machine learning.

Séance 5 – Mardi 3 novembre 202010h00 -12h30  – lieu : Ecole Nationales des Chartes, 65 rue de Richelieu, 75002 Paris
Regard ethnologique sur les mutations des professions et des pratiques archivistiques et documentaires

Des chercheurs observent les professionnels des archives et de la documentation. Ils interrogent la temporalité des métiers, leur rôle de médiateur ou leur relation avec leur environnement, les usagers, les institutions. Ils s’interrogent sur les malentendus du regard porté sur ces métiers de l’invisibilité dont le public n’appréhende pas toujours la technicité. Nous leur demanderons quels fondamentaux identitaires survivent aux mutations numériques.

Séance 6 – Mardi 15 décembre 2020 10h00-12h30 – lieu : Archives Nationales, Site de Pierrefitte
 Archives audiovisuelles regards croisés

Archiver des fichiers audiovisuels numériques dans des cadres professionnels et institutionnels différents. Pourquoi les traitements ne peuvent être identiques. Regards croisés sur les pratiques.